• Viol de bouche pour un selfbondage

    Viol de bouche pour un selfbondage

     

    Selfbondage.1.jpg

    Viol de bouche pour un selfbondage

     

    Selfbondage.1.jpg

    Par TSM

    Laurie est totalement givrée, inconsciente des dangers lorsque dans ses passions pour le selfbondage, elle décide de se monter un plan en forêt. L’idée lui est venue en regardant des vidéos sur Fessestivites, sauf que la fille faisait ça dans un jardin, pas dans la nature et avec un caméraman pour la filmer.

    Profitant d’une journée de repos, elle quitte son domicile avec ses menottes et ses accessoires pour aller réaliser un selfbondage en extérieur et vivre de grands frissons. Si elle savait ! ! !

    Après avoir garé sa clio, elle s’enfonce dans la forêt et choisit un lieu pas trop loin du parcours de santé au cas où elle aurait un souci. Son cœur bât la chamade, elle est excitée comme une puce quand elle ouvre son sac contenant les accessoires de ses folies. Cette fois, elle restera vêtue au cas où un jogger la découvrirait. Elle n’a pas pris grand-chose comme matériel, une paire de menottes de chevilles, une paire de menottes pour ses poignets et un rouleau de gros scotch pour se bâillonner. Laurie commence donc par se faire un bâillon puis pose les menottes à ses chevilles.

    Ce qu’elle n’a pas vu, c’est qu’un homme caché derrière un chêne centenaire la regarde, il s’était éloigné pour soulager sa vessie quand il a remarqué cette fille en train de se bâillonner toute seule. Une folle s’est-il dit en la regardant faire.

    Laurie regarde attentivement aux alentours avant de s’allonger dans l’herbe et de croiser les chaînes des menottes de ses pieds à celles qui vont emprisonner ses poignets. Comme à chaque fois qu’elle se fait du bondage toute seule, les clics des menottes se refermant sur ses poignets font monter son adrénaline. Pour s’obliger à ramper, elle jette les clés le plus loin possible en regardant bien où elles tombent avant de s’enfoncer dans ses fantasmes de sadiques venant abuser d’elle.

    L’homme caché derrière l’arbre ne loupe rien des agissements de cette fille, il fait même des photos avec son téléphone portable. En la voyant s’agiter dans ses entraves, l’idée de s’amuser un peu lui aussi lui vient, mais cette idée ne va pas être du goût de Laurie.

    Alors que dans la tête de Laurie, un sadique la prend comme une chienne après lui avoir arraché son pantalon, une paire de baskets entre dans son champ de vision. Son sang se glace dans ses veines, son cœur s’arrête de battre un instant, le film érotique vient de se terminer de la pire des façons. L’homme fait quelques pas et récupère les clés, Laurie pense qu’il va la libérer en pensant qu’elle a été abusée mais elle se rend compte qu’elle est bien loin de la réalité quand il glisse les clés dans sa poche.

    Quand il s’attrape à bras le corps pour la jeter sur son épaule comme un vulgaire sac de pommes de terre, Laurie se met à hurler mais le bâillon qu’elle s’est elle-même posé fait son office et étouffe ses cris. L’homme récupère le sac de Laurie et s’enfonce dans la forêt avec sa victime affolée. Il la dépose doucement sur le sol en la regardant d’un air sadique. A cet instant, Laurie, est convaincue que son heure est venue, qu’il va la violer et l’assassiner pour la faire taire.

    - Alors comme ça poulette, tu aimes t’attacher ? Tu as de drôles de jeu toi, je suis sûr que tu t’imaginais des choses très salaces avec une bande de loubards venus te violer. C’est ça ?

    Laurie fait « non » de la tête en gémissant, ses yeux ruisselant de larmes n’affectent en rien ce jogger bien décidé à s’amuser de son infortune.

    - Ecoute, nous allons faire un deal tous les deux. Tu vas me faire une bonne pipe et je te rendrai tes clés. Si tu t’appliques, je ne diffuserai pas sur le net les photos que j’ai faites de tes folies, regarde comme c’est original ! Lui dit-il en sortant son téléphone portable avant de faire défiler les photos sur l’écran. Je ne te tuerai pas et ne te violerai pas rassure-toi et je ne te ferai aucun mal, par contre en échange des clés, tu es d’accord qu’une bonne pipe s’impose ?

    Pour ne pas mourir et sortir au plus vite de cet enfer, Laurie fait « des oui » désespérés de la tête. A cet instant, Laurie ne sait pas que l’homme est tout sauf un violeur, il a juste essayé d’obtenir une petite « gâterie » de cette fille qui la trouble. Si elle avait répondu par la négative, il lui aurait rendu ses clés et l’aurait même invitée à prendre un verre pour faire plus ample connaissance.

    L’homme aide Laurie à se mettre à genoux avant de se mettre face à elle, lui arrache le bâillon avant d’ouvrir son pantalon pour en extraire son sexe de bonne taille en érection. Avec l’énergie du désespoir, Laurie ferme les yeux au moment où elle le prend dans sa bouche. Si lors de ses selfbondages elle s’est imaginée des choses pires que celle-là, être aux pieds du mur est une autre histoire. Lorsque les mains de l’homme passent derrière la tête de Laurie, elle s’imagine qu’il va forcer sa bouche brutalement mais il n’en est rien, il l’a guide tout en douceur en massant sa magnifique chevelure avec douceur.

    - Est-ce que tu avales ? Lui demande l’homme au bout d’un moment.

    Pensant être réellement forcée, étonnée de la question, Laurie, fait « non » de la tête sans trop y croire. Au moment où il s’apprête à jouir, il se retire, de longs jets de sperme giclent dans l’herbe, il ne lui a même pas jouis sur le visage comme aiment à le faire certains hommes.

    -Tu suces admirablement bien.

    - Merci ! Répond Laurie par réflexe sans même réfléchir à la situation dès plus causasse.

    - Tu as gagné ta libération conditionnelle. Conditionnelle parce que j’aimerai t’inviter à prendre un verre, si tu m’y autorises bien sûr.

    - Rendez-moi mes clés s’il vous plait et laissez-moi partir. Supplie Laurie.

    - Pas de souci, je ne suis ni un criminel, ni un violeur pour preuves, je ne t’ai pas forcée, je ne t’ai même pas touchée. Je t’ai juste proposé un deal que tu as accepté et que tu aurais donc pu refuser. Tu aurais répondu non, je t’aurai quand même rendu tes clés.

    - J’avais peur, je n’ai même pas réfléchi. Répond honteusement Laurie.

    - Par contre, fait-moi plaisir, accepte de prendre un verre avec moi quand tu te seras libérée. Répond l’homme en jetant les clés à deux mètres d’eux.

    Sans tarder, Laurie se déplace à genoux comme elle le peut vers les clés, l’homme ne bouge pas et la regarde faire. Lorsqu’elle se couche sur le côté, il s’approche d’elle pour voir mais elle s’affole en le voyant s’approcher. Il ne fait rien hormis regarder ses petits doigts essayaient de trouver le trou de la serrure. La peur ne l’aide pas à se libérer, ses doigts ne trouvent pas le trou de la serrure des menottes de ses poignets.

    - Tu veux que je t’aide ? Lui demande l’homme.

    - Oui s’il vous plait. Répond Laurie.

    En un rien de temps, elle est libérée de ses entraves, l’homme qu’elle prenait pour un rustre lui tend la main pour l’aider à se relever avant de lui tendre son sac.

    EPILOGUE

    Depuis cette rencontre, Laurie a trouvé son Maître, il a découvert le monde du BDSM avec elle et ne manque pas d’abuser d’elle et de la « violer » dans des situations cocasses, mais cette fois, elle n’a plus peur bien au contraire.

    Ils devront bientôt faire une pause dans leur jeux, parce qu’un enfant de l’amour verra le jour d’ici quelques mois.

    TSM

    Voir des vidéos de selfbondage

     

    Récits érotiques et photos sur le selfbondage

    Boutique pour vos accessoires de selfbondage

    Forum bondage contraintes et selfbondage

    « BDSM et gang bang du 17 mars photos et récitPoses de cage de chasteté gratuitement le 31 mars 2014 »
    Tags Tags : , , , , ,