• Ma femme a une maîtresse (BDSM couple)

    Ma femme a une maîtresse (BDSM couple)

    Ma_femme_a_une_maitresse.jpg
    Cela fait des années que nous pratiquons le BDSM, lors des soirées je suis le soumis de ma femme qui prend plaisir à me « martyriser » pour son et mon plaisir. En dehors des soirées BDSM, nous vivons normalement comme tous les couples conventionnels appelés « vanille ».

    Ma femme a une maîtresse (BDSM couple)

    Ma_femme_a_une_maitresse.jpg
    Cela fait des années que nous pratiquons le BDSM, lors des soirées je suis le soumis de ma femme qui prend plaisir à me « martyriser » pour son et mon plaisir. En dehors des soirées BDSM, nous vivons normalement comme tous les couples conventionnels appelés « vanille ».

    Sur le site www.fessestivite.com ma femme a rencontré une soumise qui cherchait un Maître ou une Maîtresse digne de ce nom. Cette pauvre fille aussi jolie que sympa vivait avec un rustre se prétendant Maître et qui du BDSM ne connaissait pas les notions de respect. Leur relation allait mal, Michelle trouva en mon épouse une oreille attentive à ses problèmes de couple. Elles mirent rapidement à communiquer par téléphone pendant des heures.

    Elle est venue seule à la maison pour nous rencontrer, la soirée a un peu dérapé autour des jeux SM mais plus verbalement que physiquement car Michèle était relativement perturbée. La seule personne qui a pris des coups ce soir là ce fut moi ! Une réelle amitié est née entre nous et lors de l’explosion de son couple, comme nous disposons d’une chambre indépendante, nous l’avons hébergée pour la préserver du « maimaitre » devenu violent et débile le temps qu’elle trouve un appartement.

    Un soir, alors que je commençais à être en manque de jeux et plaisirs SM, je me suis amusé à la provoquer devant son amie sans gêne ni pudeur puisque nous étions entre joueurs et adeptes des jeux de domination / soumission. Mon épouse me promit une fessée, promesse à laquelle je répondis « promesse, promesse » et d’autres provocations imagées ayant pour objectifs de déclencher une petite soirée SM.

    C’est en tant que complice de notre couple que Michèle intervint en soulignant mes provocations. Et moi, tout heureux de rire et parler de nos délires, j’en ai rajouté en baissant mon short pour faire voir mes fesses en partant aux toilettes pour éliminer les apéros consommés avant le dîner. Les filles conspirèrent en mon absence car dès mon retour à la cuisine, mon épouse m’intima l’ordre de baisser mon short et de venir m’allonger sur ses genoux pour recevoir la fessée méritée. Un peu gêné, je me suis exécuté devant Michèle amusée. Les premières claques furent assez fortes et douloureuses, mes demandes de commencer doucement furent à peine entendues. Mon fessier commençait méchamment à s’échauffer lorsque l’idée de partager ma fessée vint à l’esprit de ma femme. Elle me fit me relever puis plaça deux chaises face à face comme il m’arrive de le faire pour martyriser des soumis ou des soumises lors des soirées BDSM. C’est en m’étendant sur leurs genoux que je pris conscience que cela ne m’était encore jamais arrivé que deux femmes me donnent une fessée ensembles. Comme à mon habitude, je ne pus contenir mes pensées, ce qui me valut la promesse de sévères représailles.

    C’est donc sous quatre mains féminines que je me suis tortillé de douleur au fur et à mesure que les claques sonantes s’abattaient sur mon postérieur rougissant pour d’autres raisons que le pudeur….. Les filles s’éclataient, moi aussi je l’avoue malgré la cuisante fessée qu’elles m’administraient. Michèle pour qui fesser quelqu’un était une première trouva grisant de passer de soumise à dominante. Les coups cessèrent et quand je voulus me relever, Sophie m’imposa de la main de rester sur leurs genoux. Et là, surprise, pendant que j’attendais la suite, au-dessus de mes fesses enflammées les filles se bécotaient tendrement ! Certes elles avaient déjà un peu joué ensembles mais la durée du baiser saphique me surprit.

    Sonné d’aller chercher ma cage de chasteté, je les laissais entre filles en me demandant si ce prélude aux jeux SM aurait une suite. Pour anticiper les soucis d’érection rendant impossible la pose de la cage de chasteté, je l’ai enfilée avant même de revenir à la cuisine en laissant le plaisir de clore le cadenas à mon épouse. A mon arrivé à la cuisine, elles étaient debout enlacées en train de câliner. J’appréciais un instant du regard ces tendres épanchements avant de venir me lover contre ma femme qui me rabroua pour les avoir dérangées. Elle ferma le cadenas de ma cage de chasteté et mit la clé dans sa poche, m’ordonna de débarrasser la cuisine avant d’emmener Michèle au salon. Autant dire que dans ma cage, la crise du logement se faisait sentir et qu’il n’y avait pas que mes fesses de chaudes….

    La cuisine débarrassée, je les ai trouvées au salon poitrines à l’air dans des câlins saphiques des plus gloutons. Ma présence sembla gêner leurs envies, ma femme proposa que l’on s’occupe de moi, idée qui me fit fondre de joies. Mon teeshirt retiré, je fus conduit à notre lit où je m’étendis avec le sourire banane d’un homme qui va se faire croquer par deux femmes.



    Ma_femme_a_une_maitresse_2.gif

    Sauf que ma belle ouvrit le tiroir où je range mes accessoires ABDL d’où elle sortie une couche, une culotte en plastique et la camisole de force. Sous les yeux amusés de Michèle, elle me langea puis m’ordonna de me lever. J’étais blême de honte d’apparaître ainsi vêtu devant son amie qui l’aida avec joie à m’enfiler puis à boucler la camisole de force. Sophie sortit mon collier de soumis et une chaînette de la caisse à jouets et qu’elle attacha au pied du canapé. Elle m’y coucha puis referma le collier autour de mon cou et me souhaita bonne nuit avant d’entrainer son amie dans notre chambre. J’aime les entraves, les bondages, les plaisirs ABDL, les jeux de contraintes mais là, j’aurai bien aimé participer à leurs ébats ou au moins les regarder. Il n’en fut rien, hormis les soupirs, râles, bruits de vibromasseurs et cris de jouissance, je n’ai rien pu apprécier. Sur mon canapé, j’étais fou…

    Ma femme vint me souhaiter bonne nuit puis me parler en quelques mots du plaisir qu’elle avait eu à faire l’amour en me sachant entravé avant de me m’embrasser et de me planter là. La lumière de la chambre s’éteignit en me laissant en pleine crise d’excitation sous cage de chasteté avec mon Popaul gorgé de désir et surtout compressé dans son tube d’acier. Ma nuit fut peuplée de rêves érotiques aussi fous les uns que les autres malgré l’inconfort du canapé.

    Au petit matin, mon épouse est venue me libérer de la camisole en me demandant de leur apporter un café, chose que je fis avec l’esprit embrouillé de songes érotiques avec mon Popaul tendu à rompre la cage qui étirait mes testicules à m’en faire mal. Par pudeur, j’avais mis mon peignoir mais elles voulurent voir le « gros bébé » dans ses langes ce qui me troubla énormément car entre délirer seul, délirer avec sa femme et délirer devant une tierce personne, il y a tout un monde. Je m’en ouvris à elle ce qui me valut la réponse suivante qui me surprit et coupa net toutes mes réfutations :

    « C’est toi qui me donne toutes ces idées, c’est toi qui achète tout ce matériel, c’est toi qui me parle de stage et de domination sur la durée, c’est encore toi qui écrit des textes et modes d’emploi pour bien dominer son mari. Tu as eu l’outrecuidance de dire à nos amis que je suis trop soft avec toi ce qui m’a gênée pour deux raisons. La première parce que tu parles de notre intimité sans m’en parler au préalable, la deuxième parce que j’apparais comme une maîtresse gnangnan qui ne sait pas dominer. Quand je t’ai dit que je cherchais une Maîtresse pour m’aider à te dominer, cela avait l’air de te plaire n’est pas…. alors j’ai trouvé. Le temps qu’elle trouve un appartement, Michèle va m’aider à te recadrer. Elle a toute ma confiance et je sais pertinemment qu’elle ne cherchera pas à briser notre couple. Tu voulais une domination dans la durée, tu vas l’avoir mais tu as intérêt à être un bon soumis si tu ne veux pas trop souffrir».

    Que répondre à cela ?
    Rien !
    J’étais sans voix, au pied du mur face à mes délires et fantasmes.

    Mon épouse me semblait très sérieuse, j’aurai pu me révolter et mettre un terme à ce jeu mais l’appel des émotions et plaisirs BDSM furent plus forts que la raison. Mes yeux se sont baissés presque malgré moi, scellant mon sort pour une histoire qui allait dépasser tout ce que j’aurai pu imaginer parce que ce qu’une femme qui veut obtenir quelque chose de son mari elle l’obtient, deux c’est pire. Michèle prenant son rôle très à cœur m’ordonna de me mettre à genoux, en acceptant j’ai reconnu son autorité. Ce matin restera à jamais gravé dans ma mémoire car il a scellé mon destin. Elles étaient elles aussi imprégnées de cette atmosphère grave, presque lourde, personne ne souriait tant la pression était palpable.

    Michèle m’ordonna d’aller refaire du café, mon épouse d’ouvrir ensuite le portail pour qu’elle n’ait pas à le faire pour partir travailler. Ma requête de me changer s’opposa à un refus catégorique. Comme ivre et dans un état second, j’ai enfilé mon peignoir pour réaliser ce qui m’était demandé. Quand je suis revenu après avoir ouvert le portail, elles prenaient la douche ensembles la porte était fermée. Ne sachant que faire, j’ai allumé mon ordinateur et j’ai pris un café en fumant une cigarette.


    Elles sont sorties nues de la salle de bain sans aucun gêne, j’ai du fermer le soutien-gorge de Michèle et l’aider à enfiler son pull. Elles sont parties travailler en me laissant une liste de choses à faire, comme ranger la maison, faire le lit et le repas du midi. Je fais du télétravail mais ce matin-là, mon travail prit du retard car j’étais à la fois, perturbé, excité et troublé. En faisant un brin de ménage, mille questions me traversaient l’esprit, j’étais à la fois heureux de vivre un de mes fantasmes et à la fois inquiet.

    Lorsqu’elles sont arrivées presque en même temps vers 12h30 la table était mise, le repas était prêt. Le déjeuner fut assez rapide, elles parlèrent de choses et d’autres comme si de rien n’était. Sophie m’annonça qu’elles arriveraient plus tard ce soir là et que je ne devais pas m’inquiéter sans pour autant m’en dire plus. L’après-midi est passée lentement malgré la surcharge de travail que j’avais. Vers 18 h je me suis mis en cuisine, vers 19h j’ai pris un apéro comme pour tuer le temps en surfant sur le net sans grande conviction.

    LA SURPRISE

    Les deux voitures sont entrées dans le jardin vers 19h45, elles ont fermé le portail puis elles ont débarqué les bras chargés de sac de fringues en m’ordonnant de servir l’apéro au salon. Connaissant leurs goûts, j’ai aussitôt ouvert une bouteille de blanc que j’ai apporté comme ça au salon avec des verres dans les mains. Michèle me renvoya aussitôt à la cuisine sans me laisser les poser sur la table en m’indiquant qu’un service se fait sur un plateau. Je revins donc avec un plateau pour faire le service sous leurs yeux rieurs. Mon épouse m’indiqua alors avec un sourire radieux qu’elles avaient une surprise pour moi.


    Leurs mimiques indiquaient clairement que la surprise risquait d’être difficile et je ne me trompais pas. Sonné de me mettre nu devant elles, je retirais mes vêtements en me demandant ce qui m’attendait. C’est mon épouse qui ouvrit le bal des surprises en ouvrant un sac dont elle sortit une culotte rose en dentelle que je dus enfiler aussitôt devant elle. Michèle se leva avec un soutien-gorge assorti qu’elle me passa en me disant que je serai « belle » avec ça. J’aurai préféré être nu, c’est moins gênant. Sphie sortit ensuite des bas auto-fixant noirs que je dus passer devant elle en écoutant leurs conseils pour les mettre sans les abimer puis ce fut une robe rose en tissu type chiffon qu’elles sortirent d’un des sacs. J’étais blême car si les sous-vêtements féminins m’ont toujours attirés, les porter ainsi devant elles comme un spectacle me gênait. Le clou du spectacle qui m’humiliait fut de mettre une perruque brune cheveux mi-long. Elles s’éclataient comme des folles, leurs commentaires sur ma beauté fusaient. J’ai demandé l’autorisation de me servir un verre, elles me l’ont accordé, c’est une 102 (double pastis) que je me suis servi pour puiser dans l’alcool le courage nécessaire pour ne pas les envoyer « chier ».

    Me sentant sûrement proche de mes limites et de l’incident, elles m’invitèrent à m’asseoir entre-elles pour trinquer. Leurs mains se firent coquines sur mon corps, l’une caressait mes cuisses, l’autre mes seins à travers le soutien-gorge, leurs attouchements et baisers me firent fondre et oublier le ridicule de ma situation. « Ce soir, c’est soirée filles » m’indiqua mon épouse en ajoutant que je luis plaisais beaucoup comme ça. Entre leurs mains, je devais fou et un jouet sexuel avec lequel elles s’amusaient comme des folles.

    Faire le service du dîner en fille ne m’a pas gêné, c’était rigolo, un peu moins quand elles parlèrent de me trouver des chaussures à talon et de me faire sortir en fille ! Après le diner, la soirée s’orienta immédiatement vers les jeux et câlins. Mon épouse m’envoya chercher notre chaise percée, ce que je fis volontiers car j’aime déguster les minettes et les sentir vibrer sous ma langue. La chaise donne l’impression de contrainte, pour moi ce n’en était pas une sauf que les choses ont un peu dérapé quand Michèle voulu me faire boire son champagne doré pendant que mon épouse jouait avec ses tétons pendant que je savourai sa minette. Certes je l’ai déjà fait, mais partiellement et en étant très chaud mais là, elles surent être très convaincantes.


    C’est avec de sévères pinces à sein accrochées à mes tétons et tirées fortement par Michèle en délire puis avec le pied de mon épouse sur mon sexe que j’ai bu une bonne partie de son champagne dorée. Puis ce fut au tour de ma femme de se soulager avant de s’offrir une jouissance titanesque sous mes lèvres et son vibro favori pendant que Michèle lui pinçait les tétons. Mon épouse étant femme fontaine, je fus inondé une troisième fois mais cette fois, je bus avec conviction le fruit de sa généreuse jouissance.

    Après ces moments d’extases et de délires, nous étions épuisés. Elles me mirent une couche et la camisole en deux temps trois mouvements avant de m’enchaîner par le cou aux pieds du lit sur et sous une couverture. Ce qui me surpris et aussi surprenant que cela puisse paraître j’étais heureux de dormir avec elles, même si c’était par terre. Un sentiment d’appartenance et un bien être m’a permis de sombrer rapidement dans les bras de Morphée.

    Par chance, ou comble de malchance, Michèle trouva le lendemain un travail à Paris très bien rémunéré et partie deux jours plus tard. Je garde un sublime souvenir de cette aventure. Elles ont prévu de passer cet été 15 jours de vacances ensembles, je crains le pire et le meilleur.

    Ecrivaillon



    Pinces_a_seins_BDSM_chainette.jpg


    Pinces à seins BDSM elles pincent!!!!!


    Camisole_de_force_00.1.jpg


    Camisole de force ABCplaisir.com 59.95 au 24 avril 2014

    « Gang bang BDSM hard rare et vous pouvez participerGang bang et esclavage d'un couple soumis »
    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,